Mardi 1er aoĂ»t, le tribunal correctionnel d’AthĂšnes  vient de condamner AndrĂ©as Georgiou, un ancien membre du FMI, qui aurait grossit les chiffres du dĂ©ficit et de la dette publique de son pays pour l’annĂ©e
 2009 : celle oĂč l’ex-Premier ministre socialiste Georges PapandrĂ©ou avouait que le dĂ©ficit rĂ©el de son pays Ă©tait le double de celui reconnut, soit de 12,7 % du produit intĂ©rieur brut (PIB) et non pas de 6 %
 Aveu de taille qui permit, nous rapporte Le Monde, « la mise sous tutelle financiĂšre du pays, avec le dĂ©clenchement, en 2010, du premier plan d’aide internationale Ă  la GrĂšce – on en est au troisiĂšme, depuis aoĂ»t 2015. »

dette-grecque

Georgiou, ancien chef de l’office des statistiques grecques, Elstat,  a Ă©tĂ© reconnu coupable de connivence avec Eurostat (l’office europĂ©en de statistiques, dĂ©pendant de la Commission) et condamnĂ© Ă  deux ans de prison
 avec sursis !

Une condamnation surtout symbolique, donc ! L’intĂ©ressĂ© n’avait-il pas reçu le soutien de Marianne Thyssen, commissaire europĂ©enne aux affaires sociales, pour qui « les donnĂ©es sur la dette grecque pour la pĂ©riode de 2010 Ă  2015 ont Ă©tĂ© fiables et communiquĂ©es avec exactitude » ?

Ce qui lui avait permis d’affirmer pĂ©remptoirement (dĂ©claration au Financial times d’aoĂ»t 2016): « On marche sur la tĂȘte. Ceux qui ont produit des statistiques ayant maintes fois Ă©tĂ© validĂ©es par les instances internationales sont poursuivis, alors qu’on laisse tranquille ceux qui sont responsables des chiffres falsifiĂ©s dans le passĂ©. »

Sinon, on ne sait plus vraiment oĂč en sont les Grecs du remboursement ou non de leurs dettes pharamineuses, mais seulement qu’ils sont toujours membre de l’Union europĂ©enne, envers et contre toutes leurs fins de mois difficiles (ĂŽ combien !).

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

A propos de l'auteur

Philippe Randa

Directeur du site EuroLibertĂ©s. Ancien auditeur de l’Institut des Hautes Études de DĂ©fense Nationale, chroniqueur politique, Ă©diteur (Ă©ditions Dualpha, DĂ©terna et L'Æncre) et auteur de plus d’une centaine de livres. SociĂ©taire de l’émission « Bistrot LibertĂ© » sur TVLibertĂ©s, il co-anime avec Roland HĂ©lie l'Ă©mission « SynthĂšse » sur Radio LibertĂ©s tous les jeudi. Ses chroniques politiques sont publiĂ©es chaque annĂ©e en recueil sous le titre : « Chroniques barbares ».

Articles similaires