Ouf ! La Wallonie vient d’approuver le traitĂ© Canada/Europe dit CETA, ou plutĂŽt AECG en français, et signĂ© depuis 2014. On a eu peur : 3,5 millions de Belges n’allaient pas bloquer l’enthousiasme de 500 millions d’EuropĂ©ens. Pardon : pas 500 millions d’EuropĂ©ens, mais 27 gouvernements, ce qui n’a rien Ă  voir, mais est seulement lĂ©gal et dĂ©mocratique


De son cĂŽtĂ©, le prĂ©sident du Conseil europĂ©en, Donald Tusk, s’est dit « heureux » de cet accord et a indiquĂ© qu’il contacterait le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, une fois que toutes les procĂ©dures auront Ă©tĂ© finalisĂ©es au sein de l’UE pour la signature du CETA.

À n’en pas douter, rapidement.

C’est une vĂ©ritable nouvelle « histoire belge » qu’on nous propose, en prenant le prĂ©texte d’un regimbement des Wallons, pour montrer qu’on ne ratifie pas aussi facilement que ça
 Ce qui est rĂ©glĂ© depuis longtemps en rĂ©alitĂ©. Mais ce petit ruban « dĂ©mocratique » fait joli pour justifier l’importance de l’avis des peuples. Parce qu’en ce qui concerne les autres peuples europĂ©ens, on ne leur a rien demandĂ©. Et comme les Parlements d’Europe ne reflĂštent absolument pas leur opinion, le tour est jouĂ©. SacrĂ© Parlement wallon, qui se fait remarquer par un « dĂ©mocratisme » un peu fou.

Cette pantalonnade ne trompe personne. Elle n’a pour objet que de nous prĂ©parer au vrai traitĂ© en cours de finalisation : le TAFTA ou Accord Transatlantique entre les USA et l’Europe. Celui-lĂ , c’est du lourd ! LĂ  aussi, on feint d’hĂ©siter, on rechigne, on montre que l’Europe est souveraine vis-Ă -vis des USA, surtout lorsque Barack Obama Ă©tait venu cette annĂ©e en Europe pour faire accĂ©lĂ©rer sa signature. Sans succĂšs pour lui qui aurait fini son mandat sur ce petit plaisir qu’on lui a refusĂ© avec une grande indĂ©licatesse


Obama doit mal comprendre les poses de vierge effarouchĂ©e que prend l’Europe pour signer le TAFTA dont tout le monde sait qu’il sera bien sĂ»r signĂ©. Mais il faut que l’Europe se fasse dĂ©sirer, tergiverse, ait quelques atermoiements de bon aloi, comme une belle courtisane qu’elle est.

Pauvre et dĂ©risoire Union EuropĂ©enne qui doit faire sourire dans les alcĂŽves financiĂšres amĂ©ricano-europĂ©ennes. Mais quel drame qui devrait faire pleurer plutĂŽt que rire. Peuples ! Dormez tranquillement ! L’UE s’occupe de vous !

On ne peut ĂȘtre que surpris de l’atonie de la presse française et europĂ©enne devant ce grand Guignol que reprĂ©sente l’UE Ă  longueur d’annĂ©es. On analyse avec beaucoup de sĂ©rieux la situation. On bĂątit des thĂ©ories intelligentes, on se rĂ©pand doctement Ă  C dans l’air, on analyse les jeux de forces et de pouvoir, etc.

Comme tout cela est ridicule et prĂ©tentieux, tout en dĂ©montrant, lĂ  encore, l’infĂ©odation totale de tous, ou presque, nos grands mĂ©dias, Ă  la bien-pensance Ă©conomico-financiĂšre incontournable
 si on veut paraĂźtre intelligent.

Pour le TAFTA, on ira chercher qui pour faire joli ? Un sous-Parlement du fin fond de la Moldavie qui reprĂ©sente 500 000 personnes ? Qui est volontaire pour avoir son quart d’heure de gloire dans la fanfare cacophonique de l’UE ?

Et si on proposait la France par exemple ? Non
 je plaisantais.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

 

A propos de l'auteur

Richard Dessens

Enseignant pendant plusieurs annĂ©es dans une Ă©cole prĂ©paratoire aux concours d’entrĂ©e aux IEP et Écoles de journalisme, Richard Dessens crĂ©e et dirige parallĂšlement une troupe de thĂ©Ăątre dans la rĂ©gion de Montpellier. Docteur en droit, DEA de philosophie et licenciĂ© en histoire, il est l’auteur d’ouvrages de philosophie et d’histoire des idĂ©es politiques, de relations internationale. Il a entres autres livres publiĂ© aux Ă©ditions Dualpha "Henri Rochefort ou la vĂ©ritable libertĂ© de la presse", "La dĂ©mocratie interdite" et "Histoire et formation de la pensĂ©e politique".

Articles similaires