L’accord de libre Ă©change entre l’Union EuropĂ©enne et le Canada est entrĂ© en vigueur ce jeudi 21 septembre. A l’occasion de leur passage Ă  Montpellier, deux eurodĂ©putĂ©es du groupe Europe des Nations et des LibertĂ©s (ENL), sont revenues sur la dĂ©rive ultra-libĂ©rale que prend actuellement l’Union EuropĂ©enne.

CETA, travailleurs détachés, espace Schengen, deux eurodéputées font le point

Ce lundi 25 septembre, la fĂ©dĂ©ration du Front National de l’HĂ©rault a reçu deux dĂ©putĂ©es europĂ©ennes du groupe Europe des Nations et des LibertĂ©s, JoĂ«lle MĂ©lin et MylĂšne Troszczinsk. A cette occasion, elles ont exposĂ© aux participants le bilan de leur travail et les perspectives de l’avenir de l’Union EuropĂ©enne.

« C’est un avenir peu enviable que nous concocte l’Europe Ă  travers ses directives sur les travailleurs dĂ©tachĂ©s, la suppression de la monnaie papier et piĂšces, l’ouverture du numĂ©rique destinĂ©e Ă  planifier la crĂ©ation de consommateurs formatĂ©s, l’élargissement de l’espace Schengen. »

Le CETA mis en place ces derniers jours n’est pas non plus une perspective rĂ©jouissante pour JoĂ«lle MĂ©lin et MylĂšne Troszczinsk puisque qu’il reprĂ©sente, selon elles, « l’ouverture au traitĂ© transatlantique et donc Ă  une hĂ©gĂ©monie Ă©conomique sur l’UE ».

JoĂ«lle MĂ©lin a en outre fait part de l’inadĂ©quation en France entre les offres d’emploi non abouties, et le nombre de demandeurs d’emploi non satisfait, dans un mĂȘme secteur d’activitĂ©.

Le CETA, une attaque ultra-libérale contre les nations ?

A travers la mise en application du CETA, l’Union EuropĂ©enne franchit un cap dans sa politique ultra-libĂ©rale. Ce premier accord de libre-Ă©change laisse Ă  penser que d’autres vont suivre, Ă  commencer par le traitĂ© transatlantique entre l’Union EuropĂ©enne et les États-Unis.

Ce type de traitĂ©s de libre-Ă©change sont accueillis de maniĂšre trĂšs sceptique par une partie de la population europĂ©enne. Au-delĂ  de l’abolition des tarifs douaniers, ces traitĂ©s font craindre une attaque contre les normes de production et de consommation en Europe.

De plus, les États pourront dĂ©sormais ĂȘtre attaquĂ©s par des entreprises privĂ©es si les dĂ©cisions politiques vont Ă  l’encontre des intĂ©rĂȘts Ă©conomiques de ces firmes.

Article paru sur le site Lengadoc Info.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.