À l’heure oĂč la Commission EuropĂ©enne planche pour la suppression du cash et force Ă  nous diriger vers la carte plastique, unique modĂšle de nos paiements futurs pour toutes nos dĂ©penses qui seraient bien Ă©videmment contrĂŽlĂ©es, existe-t-il une autre solution ?

Le Bitcoin est une premiĂšre devise monĂ©taire Ă©lectronique dĂ©centralisĂ©e. Cette devise circule via Internet et possĂšde un avantage par rapport aux autres monnaies alternatives : transmission (Ă©changes) via un rĂ©seau (le net) sans passer par une banque ou un intermĂ©diaire financier, ce qui rĂ©duit les coĂ»ts Ă©ventuels de transactions et le temps nĂ©cessaire Ă  l’exĂ©cution de la transaction qui est plus rapide et rend l’opĂ©ration mieux sĂ©curisĂ©e que les transactions financiĂšres classiques.

L’utilisation du Bitcoin est planĂ©taire, le compte ne peut pas ĂȘtre bloquĂ©, et il n’existe pas de conditions prĂ©alables pour son ouverture. Pour effectuer des transactions, il est nĂ©cessaire de passer par des bourses d’échanges et recevoir des devises ou mĂȘme payer des services comme le taxi, voir l’achat de biens de consommation. Les Bitcoins sont conservĂ©s dans un portefeuille Ă©lectronique dont l’accĂšs est assurĂ© via un ordinateur ou un tĂ©lĂ©phone. La sĂ©curitĂ© des transactions est assurĂ©e par des opĂ©rateurs rĂ©munĂ©rĂ©s sur les Bitcoins nouvellement crĂ©Ă©s. Ces transactions sont enregistrĂ©es dans un registre tenu Ă  la disposition du public : la transparence est donc bien supĂ©rieure aux flux financiers classiques trop souvent indĂ©tectables. Comme ce systĂšme de transactions n’est pas soumis Ă  des rĂšgles contraignantes, les intervenants comme les entreprises pourraient l’utiliser pour effectuer des opĂ©rations sans pertes de changes, Ă  l’instar du WIR en Suisse qui garantit ainsi une meilleure stabilitĂ© Ă  l’économie suisse.

MalgrĂ© les quelques dĂ©boires enregistrĂ©s depuis sa conception en 2009, cette devise cryptographique est nettement moins vulnĂ©rable que les devises Ă©mises par les banques centrales : pas de contrefaçon possible, vols insignifiants par rapport Ă  l’argent classique, impossibilitĂ© de stopper les transactions par un quelconque moratoire, inflation par dĂ©finition impossible car la crĂ©ation de bitcoins est limitĂ©e Ă  21 millions d’unitĂ©s.

Cependant la volatilitĂ© du Bitcoin est en fait une « devise » spĂ©culative plus qu’une devise d’échanges car le nombre d’intervenants n’est pas encore suffisant pour assurer une stabilitĂ© des transactions. Plus le nombre d’usagers du bitcoin augmentera, plus le cours se stabilisera, sans pour autant ne plus varier parfois fortement. En effet, le cours du bitcoin est passĂ© de 15 USD dĂ©but 2015 Ă  1000 USD en dĂ©cembre 2015 avant de replonger Ă  215 USD dĂ©but 2015. En ce dĂ©but d’annĂ©e 2017, le cours avoisine les 1000 USD.

Cliquez ici pour le lien permettant de visualiser l’évolution du cours depuis ses dĂ©buts.

De plus, comme le compte sur lequel vos bitcoins sont dĂ©posĂ©s est liĂ© Ă  votre ordinateur, il convient de bien protĂ©ger celui-ci ainsi que de s’assurer que le fournisseur d’accĂšs Ă  votre portefeuille l’est aussi.

Paru Ă©galement sur SynthĂšse nationale.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.