Le rĂ©cit d’Ida de Chavagnac, Alerte rouge sur la banque verte (Éditions L’Æncre) est intĂ©ressant Ă  plus d’un titre. C’est l’illustration d’un monde oĂč la dimension humaine a progressivement disparu.

Ida de Chavagnac.

Ida de Chavagnac.

Ce livre ne raconte pas  le combat personnel d’une personne licenciĂ©e, il dĂ©crit les « joies » d’un monde financier au sein duquel le mot rĂ©gulation a perdu tout sens et toute valeur. La liste des dysfonctionnements dressĂ©e dans cet ouvrage a vĂ©ritablement de quoi faire peur.

Le rĂ©cit tĂ©moigne Ă©galement d’une grande moralitĂ©. Si Ida de Chavagnac se bat, ce n’est pas pour empocher un chĂšque qu’elle aurait pu obtenir trĂšs facilement, c’est pour voir la vĂ©ritĂ© triompher. Vouloir ĂȘtre lanceur d’alerte au sein du milieu bancaire est un chemin semĂ© de multiples embĂ»ches. Ida de Chavagnac vous raconte ce chemin et les modifications qu’elle a observĂ© dans un mĂ©tier qui pourtant l’a passionnĂ©.

Être contrĂŽleur de risque dans un Ă©tablissement financier, c’est s’assurer de la longĂ©vitĂ© de son entreprise. On saisit Ă  vous lire que, dorĂ©navant, c’est surtout ĂȘtre un trouble fĂȘte. Pourriez vous expliquer Ă  nos lecteurs ce mĂ©tier qui Ă©tait le votre et ce qu’il est devenu ?
L’ensemble de la rĂ©glementation bancaire a deux objectifs :

  •  éviter que la banque prenne des risques inconsidĂ©rĂ©s et mette en danger la pĂ©rennitĂ© de la banque et les Ă©conomies dĂ©posĂ©es par les millions d’épargnants,
  • imposer une exigence des banques vis-Ă -vis des sociĂ©tĂ©s avec lesquelles elles travaillent afin de lutter contre les flux illicites.

Appliquer consciencieusement la rĂ©glementation bancaire consiste donc Ă  maintenir une certaine morale dans une banque en dĂ©fendant les intĂ©rĂȘts des Ă©pargnants, et en luttant contre le blanchiment. Mais cette politique prudente force la banque Ă  refuser des opĂ©rations financiĂšres trop risquĂ©es qui auraient pu s’avĂ©rer trĂšs lucratives. Donc le respect de la rĂ©glementation bancaire conduit inĂ©luctablement vers des profits moins importants.
Donc, en 20 ans, la course Ă  l’argent a renversĂ© le rapport de forces. Alors qu’il y a 20 ans, les contrĂŽleurs des risques Ă©taient respectĂ©s parce qu’ils incarnaient la morale de la banque, aujourd’hui les seniors bankers croulant sous des bonus exorbitants, et les traders sans foi ni loi capable de tout pour augmenter leur rĂ©munĂ©ration variable sont devenus les princes de nos banques.
Et les services de risques sont devenus des chambres d’enregistrement incapables d’oser s’opposer Ă  certaines opĂ©rations trop risquĂ©es.

Les pratiques illĂ©gales et immorales sont lĂ©gions dans votre livre. Votre supĂ©rieur hiĂ©rarchique vous reproche d’ĂȘtre d’un ancien monde. Quelle est la rĂ©alitĂ© de ce nouveau monde bancaire ?

Ce nouveau monde bancaire est celui de l’argent facile et de l’argent roi. Tous les dĂ©rapages et toutes les infractions peuvent se justifier au nom du « dĂ©veloppement du business ». Ce nouveau monde laisse la porte ouverte Ă  des mĂ©thodes de corruption. Le salariĂ© de base comprend trĂšs vite aux quelles rĂšgles il va devoir se plier. Il est alors face Ă  ce que l’on appelle un conflit Ă©thique, qui peut ĂȘtre plus ou moins conscient.
Celui qui ose rĂ©sister et qui veut rester fidĂšle Ă  sa conscience, sait qu’il est l’empĂȘcheur de tourner en rond. Il est sous l’emprise de la peur car il sait qu’on se dĂ©brouillera toujours pour s’en dĂ©barrasser. Donc il cĂšde aux pressions. Mais on ne peut pas infiniment tordre la conscience des gens.

Vous lancez dans votre livre un appel à la résistance. Une résistance du quotidien et de combat pour des salariés qui constatent des anomalies légales notamment. Quel message ou conseil auriez-vous pour un salarié qui constate des opérations frauduleuses de la part de ses collÚgues ou responsables ?

J’appelle Ă  la rĂ©sistance car je pense que si tout le monde utilisait sa petite marge de manƓuvre pour rĂ©sister Ă  des injonctions qui lui semble contraire Ă  son Ă©tique, le monde professionnel serait considĂ©rablement meilleur. Les avancĂ©es de la corruption en France sont dues Ă  ces miliers de laisser faire de ceux qui pensent qu’ils n’ont pas les moyens de rĂ©sister.
Si un salariĂ© constate de vĂ©ritables opĂ©rations frauduleuses, je lui conseille d’alerter sa hiĂ©rarchie comme je l’ai fait, c.a.d. de façon progressive, transparente, respectueuse, dĂ©sintĂ©ressĂ©e et dĂ©terminĂ©e. Moi je me suis fait licenciĂ©e pour cela. Mais ce licenciement Ă©tait totalement illĂ©gal. Toutes les sociĂ©tĂ©s et toutes les hiĂ©rarchies n’oseront pas toujours procĂ©dĂ© d’une telle maniĂšre. Je donne dans mon livre Alerte rouge sur la banque verte tous les conseils pour ne pas tomber dans les piĂšges qu’on vous tend quand on alerte. Un des objectifs de mon tĂ©moignage est d’aider ceux qui sont prĂȘts Ă  alerter mais se sentent bien dĂ©munis face Ă  la puissance de leurs adversaires. Moi, je crois Ă  la victoire de David contre Goliath.

Comment nos lecteurs peuvent vous aider dans ce combat contre le Crédit Agricole et pour la moralisation de la finance en général ?

Vos lecteurs, s’ils sont clients du CrĂ©dit Agricole, peuvent m’aider pour lutter contre ces faits de corruption constatĂ©s chez CrĂ©dit Agricole CIB en demandant tout simplement Ă  leur directeur d’agence des explications sur les faits que je dĂ©nonce. Le CrĂ©dit Agricole n’a jamais niĂ© aucun de ces faits. C’est donc qu’ils sont vrais. Alors pourquoi ne change-t-il rien ?
En gĂ©nĂ©ral, vos lecteurs peuvent m’aider Ă  moraliser la finance et Ă  lutter contre ces nouvelles formes de corruption, en donnant mon livre Ă  leurs proches. Tous les français sont soit client du CrĂ©dit Agricole, soit ont un proche qui travaille dans une banque. Nous sommes donc tous concernĂ©s. Le monde bancaire est un univers opaque auquel les français ne peuvent rien comprendre. On sait juste que la finance a la main dans le porte monnaie, et que c’est elle qui nous dirige. Il est temps d’avoir un Ɠil dessus ! ! !

Article paru sur le site ParisVox.

Alerte rouge sur la banque verte, Ida de Chavagnac, Éditions de L’Æncre, collection « Patrimoine des religions », dirigĂ©e par Philippe Randa, 204 pages, 21 euros. Pour commander ce livre, cliquez ici.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.