Seven Sisters, film de science-fiction belgo-britanniquo-français – et un peu « americano », tout de mĂȘme, allez ! –, rĂ©alisĂ© par Tommy Wirkola, est
 Ă©tonnant !

Affiche Seven sisters

Dans un futur proche, la surpopulation mondiale est telle que la loi impose un enfant unique par couple. En cas de dĂ©sobĂ©issance, le Bureau d’Allocation des Naissances « cryogĂ©nise » – ou le fait croire, en tout cas ! – l’enfant de trop jusqu’à des temps meilleurs.

Un grand-pĂšre de sept jumelles – consĂ©quence des cultures OGM ! – Ă  la naissance desquelles la maman n’a pas survĂ©cu et dont le pĂšre est aux abonnĂ©s absents, dĂ©cide toutefois de sauver sa descendance : il les Ă©lĂšvera en secret 30 ans durant, confinĂ©es dans un appartement d’oĂč elles ne sortent qu’à tour de rĂŽle sous une seule identitĂ© commune, rapportant le soir Ă  toute la famille leurs moindres faits et gestes.

Un jour, l’une d’elle ne rentre pas. Fugue, accident ou dĂ©cĂšs ? Cela met en danger l’existence des autres sƓurs
 d’autant qu’une Ă©quipe de tueurs survient pour faire le mĂ©nage par le vide. Mal leur en prend : ils vont apprendre Ă  leurs dĂ©pens que ce sexe que l’on dit pourtant faible ne va pas l’ĂȘtre tant que ça
 Âmes sensibles s’abstenir !

Noomi Rapace (l’hĂ©roĂŻne de la trilogie Millenium) est parfaite dans ses sept rĂŽles de composition et le suspense est parfaitement maintenu jusqu’aux derniĂšres minutes
 Mais plus que le divertissement, l’intĂ©rĂȘt de Seven Sisters est surtout de ne pas ĂȘtre manichĂ©en : on est Ă  la fois interpellĂ© par le bien-fondĂ© d’une politique de rĂ©gulation des naissances pour sauver l’Humanité  et par l’abomination que des enfants soient impitoyablement éliminĂ©s : on se demande ce qu’en penseront les partisans inconditionnels de l’avortement de confort !

Un film politiquement incorrect, incontestablement


Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.