par Remi Tremblay.

Avec une bureaucratie aussi gargantuesque qu’inefficace et un taux de taxation parmi les plus Ă©levĂ©s de la planĂšte, le QuĂ©bec ne peut se revendiquer comme un modĂšle social, sauf peut-ĂȘtre en ce qui a trait Ă  la dĂ©fense de la langue, quoique les choses soient en train de changer Ă  cause, d’une part, d’une immigration de masse qu’il n’est plus possible de franciser, mais aussi, d’autre part, de l’idĂ©ologie nĂ©olibĂ©rale et mondialiste dĂ©fendue par un gouvernement qui ne doit son Ă©lection qu’aux votes des minoritĂ©s ethniques et des anglophones.

DĂ©voilement du buste en bronze de Camille Laurin, pĂšre de la loi 101, prĂšs de l’édifice de l’Office quĂ©bĂ©cois de la langue française.

DĂ©voilement du buste en bronze de Camille Laurin, pĂšre de la loi 101, prĂšs de l’édifice de l’Office quĂ©bĂ©cois de la langue française.

Depuis l’adoption de la Charte de la langue française (la cĂ©lĂšbre loi 101) en 1977, le gouvernement du QuĂ©bec, conscient de la prĂ©caritĂ© de la situation du français, a multipliĂ© les lĂ©gislations pour dĂ©fendre la langue de MoliĂšre sur notre territoire. Cette Ă©poque semble malheureusement rĂ©volue, le Premier ministre Philippe Couillard Ă©tant prĂȘt Ă  toutes les compromissions dans ce domaine, son gouvernement acceptant notamment de traiter en anglais avec des entreprises implantĂ©es sur le territoire quĂ©bĂ©cois.

Conscient de ce laisser-aller, la SociĂ©tĂ© Saint-Jean-Baptiste a dĂ©posĂ© la semaine derniĂšre une plainte Ă  l’encontre du gouvernement pour son non-respect de « l’article 1 de la loi 104 (qui) impose Ă  l’Administration, c’est-Ă -dire notamment Ă  tous les ministĂšres, organismes et sociĂ©tĂ©s publiques, d’utiliser uniquement le français dans toute correspondance avec les corporations Ă©tablies au QuĂ©bec ». Cette action, qui fait suite Ă  une mise en demeure officielle, s’inscrit dans la campagne « L’OdyssĂ©e du lys » visant Ă  dĂ©fendre le fait français (PrĂ©sent du 8 dĂ©cembre 2017).

Article paru dans les colonnes du quotidien Présent.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

A propos de l'auteur

RĂ©mi Tremblay

RĂ©mi Tremblay, Ă©diteur du Harfang, porte-parole de la FĂ©dĂ©ration des QuĂ©bĂ©cois de souche, collaborateur Ă  plusieurs journaux (PrĂ©sent, Livr’Arbitres, Council of Euro-Canadians et Alternative Right) ; il a dĂ©jĂ  publiĂ© le livre "Les Acadiens : du Grand DĂ©rangement au Grand Remplacement" et "Le Canada français, de Jacques Cartier au gĂ©nocide tranquille" (avec Jean-Claude Rolinat) aux Ă©ditions Dualpha. Il est le correspondant d'EuroLibertĂ©s au Canada.

Articles similaires