« Cette traversée de la France périphérique
tient Ă  la fois de l’épreuve physique et du cheminement spirituel.
Tomas Turner réussit à faire de ce récit de voyage une aventure extraordinaire
en jouant sur deux registres :
la quĂȘte intĂ©rieure et la dĂ©couverte du monde »

 

Entretien avec TomĂ s Turner, auteur de Le Voyage de Mortimer (Ă©ditions Balland)

(Propos recueillis par Fabrice Dutilleul)

 

Ce voyage d’un AmĂ©ricain en France est Ă  la fois singulier et dĂ©calĂ©, est-il une autre façon de regarder l’actualitĂ© et de vivre la rĂ©alitĂ© du monde ?

Le brouhaha mĂ©diatique brouille notre perception du dehors. L’intuition est le terreau de mon inspiration. À l’origine de ce roman : un homme peut-il fonder ses choix sur autre chose qu’un discours publicitaire ? Peut-il vivre ailleurs que dans trois ou quatre quartiers new-yorkais, londoniens ou parisiens ? Peut-il Ă©chapper Ă  la ville, Ă  la norme, au milieu ambiant, Ă  tout ce qui compose la sociĂ©tĂ© moderne occidentale ? La rĂ©ponse appartient Ă  ce voyageur qui va apprendre Ă  marcher et Ă  penser par lui-mĂȘme en s’aventurant dans les paysages et les histoires de France.

Votre roman s’apparente un guide, une sorte de rĂ©cit initiatique


Au fil de son pĂ©riple, Mortimer croise des individus bizarres, atypiques, traverse des paysages dĂ©serts et arrive dans des lieux qui rĂ©vĂšlent les richesses de la France dans le domaine des arts, de l’architecture ou encore de la gastronomie. J’ai voulu mettre en scĂšne ce patrimoine français et plus encore lui donner un rĂŽle primordial.

La nature est Ă  mon avis agissante et entremetteuse. Il me fallait redonner de l’importance aux descriptions et aux impressions. Je me suis amusĂ© Ă  piloter Mortimer sur les chemins de France, Ă  le perdre Ă©galement. Je conçois que ce roman puisse dĂ©boussoler le lecteur, qui ne sait pas plus que Mortimer oĂč il va. S’il a parfois l’impression de lire un guide de voyage, alors j’aurai en partie gagnĂ© mon pari en reconnectant la fiction et la rĂ©alitĂ©, en entraĂźnant le lecteur dans une voie a priori erratique. Ce roman est un dĂ©paysement, un voyage dans l’espace, dans la mĂ©moire cachĂ©e du paysage et de ses habitants. Il y a un fil conducteur, une cohĂ©rence dans cette dĂ©ambulation qui se distingue d’une divagation. Tout est liĂ©, et il importe de prendre le temps pour relier les choses afin de leur donner un sens.

Le sens cachĂ© de l’histoire, mais Ă©galement des mythes et de l’architecture sacrĂ©e, paraĂźt prĂ©pondĂ©rant dans votre livre. Y a-t-il des clĂ©s de lecture ?

Il y a effectivement des Ă©vĂ©nements qui s’enchaĂźnent et qui ne sont pas anodins. Qu’est-ce qu’un mythe, sinon un enseignement allĂ©gorique ? Mon personnage ne possĂšde pas la culture savante pour interprĂ©ter tout ce qui lui arrive, notamment cette rencontre avec des Furies, qui sont comme une mĂ©tamorphose de l’Hydre Ă  cinq tĂȘtes que combat Hercule. Ce qui importe le plus n’est pas d’identifier les symboles, mais de les comprendre.

Voulez-vous dire que Mortimer, le personnage principal de votre roman, est un héros herculéen ?

Il s’apparente effectivement Ă  un hĂ©ros herculĂ©en, en quĂȘte d’amour et d’immortalitĂ©. Ces immersions dans des lieux magiques, ces baignades dans des eaux telluriques, ces songes prĂ©monitoires et ces visions surnaturelles, ces plaisirs de la table Ă©voquent tous, Ă  diffĂ©rents degrĂ©s, la permanence du SacrĂ© et le passage de Mortimer dans une autre rĂ©alitĂ©. Laquelle ? Certainement pas un monde rationaliste et matĂ©rialiste. Le voyage de Mortimer est une invitation Ă  penser et Ă  cheminer en toute libertĂ©, au-delĂ  du Visible et du Possible. Car l’univers ne s’est jamais limitĂ© Ă  un monde physique. Il n’est pas nĂ©cessaire de tout nommer pour prĂ©server la part mystĂ©rieuse de l’Homme. Le voyage de Mortimer est celui que toute personne peut s’autoriser une fois dans sa vie. Une fois suffit, irrĂ©mĂ©diablement et divinement.

Le Voyage de Mortimer de Tomàs Turner, éditions Balland, 340 pages, 20 euros.

Le Voyage de Mortimer, Tomàs Turner (Éd.Balland).

Le Voyage de Mortimer, Tomàs Turner (Éd.Balland).

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.