« Brassens déborde largement
du cadre habituel
de ce qu’on appelle le show-biz 
»

Entretien avec Georges FerriĂšres, auteur de Brassens trĂšs connu, Brassens mal connu (Ă©ditions Dualpha)

(Propos recueillis par Fabrice Dutilleul)

Georges FerriĂšres

Georges FerriĂšres

Beaucoup de livres ont été consacrés à ce poÚte-chanteur, pourquoi un de plus ?

Au cours de mes concerts, j’ai pu observer dans le public une mĂ©connaissance du personnage, dans ce qu’il a de plus typique, donc de plus vrai.
Les gens se trompent sur Georges Brassens ?
Oui, pas tous bien sĂ»r, mais le commun ne voit en lui qu’un chanteur poĂšte comme il en existe d’autres ; une sorte de vedette de la chanson

Et pour vous c’est quelqu’un d’« à part » ?
Et comment ! Pour moi, Brassens dĂ©borde largement du cadre habituel de ce qu’on appelle le « show-biz ». J’ai passĂ© ma vie Ă  Ă©tudier son Ɠuvre. Je connais par cƓur presque toutes ses chansons. Je lui ai consacrĂ© beaucoup de concerts et je crois mĂȘme l’avoir mieux fait connaĂźtre.
D’autres chanteurs l’ont interprĂȘtĂ©, bien sĂ»r. Certains en ont mĂȘme profitĂ© pour garnir leur bas de laine. Vous savez, quand quelqu’un devient cĂ©lĂšbre, il ne manque jamais de vrais ou faux disciples, ni de journalistes pour affirmer leur attachement au sujet.
Vous ĂȘtes vous-mĂȘme un chansonnier poĂšte et auteur d’un nombre considĂ©rable de poĂšmes et de chansons


J’ai consacrĂ© ma vie Ă  la poĂ©sie et toujours aimĂ© chanter. Dans mon adolescence, je chantais Charles Trenet et, un jour, j’ai dĂ©couvert Brassens. Ce fut pour moi une rĂ©vĂ©lation. Alors j’ai voulu savoir
 et avec ce livre, offrir aux lecteurs ce que j’ai appris de lui et ce qu’il m’a apportĂ© d’extraordinaire


Brassens trÚs connu, Brassens mal connu, Georges FerriÚres, préface de Gérard Letailleur, éditions Dualpha, collection « Patrimoine du Spectacle », dirigée par Philippe Randa, 132 pages, 17euros. Pour commander ce livre, cliquez ici.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.