Armagnacs & Bourguignons

Ils ne sont guère civils

"L’abominable histoire de France"

Étienne Marcel et Charles le Mauvais ont-ils été des traîtres, révoltés contre le roi quand la patrie était en danger et que l’heure était à l’union sacrée ? En fait, les révoltes et les jacqueries ne sont pas les épisodes périphériques d’une grande guerre patriotique. La guerre ... Lire la suite

Etienne Marcel.

Le bonnet rouge

"L’abominable histoire de France"

Une longue suite de désastres commença en 1340 par la perte de la flotte française à l’Écluse. Puis Edouard III débarqua dans le Cotentin, chevaucha jusqu’aux portes de Paris, recula, fut contraint au combat à Crécy (1346), mais en sortit vainqueur, et prit aussitôt Calais, dont ... Lire la suite

Bataille de Crécy

La fine fleur de la chevalerie française

"L’abominable histoire de France"

  Certains historiens interprètent les victoires de l’armĂ©e anglaise pendant la guerre de Cent Ans comme le triomphe de l’armĂ©e « dĂ©mocratique », donc gentille, toute anglaise qu’elle fĂ»t, composĂ©e notamment des archers gallois, sur la mĂ©chante armĂ©e « aristocratique » de... Lire la suite

Bataille de Crécy 26 août 1346.

Les lis ou les léopards ?

"L’abominable histoire de France"

« Peu s’en fallut que dans la guerre de Cent Ans, la France ne perdît son indépendance et ne devînt une colonie de l’Angleterre » : ainsi parle Lavisse, dans son délire. Ce mot de « colonisation » est tout à fait impropre. Si un pays avait été colonisé, c’était l’Angleterre… par ... Lire la suite

Edouard III hommage

Le roi de Gand

"L’abominable histoire de France"

On donne d’ordinaire pour cause principale Ă  la guerre de Cent Ans les prĂ©tentions d’Edouard III d’Angleterre Ă  la couronne de France. Mais Philippe VI de Valois monta sur le trĂ´ne en 1328 et la guerre ne commença qu’en 1337. (suite…)... Lire la suite

États généraux

Les États, c’est moi

"L’abominable histoire de France"

La féodalité avait été un compromis entre le mode de gouvernement de l’Empire romain et les lois franques (car les Capétiens, tout comme les Mérovingiens et les Carolingiens, étaient des Francs). L’Empire romain n’avait jamais été centralisé et ne connaissait même pas vraiment la... Lire la suite

Guillaume de Nogaret.

Anagni et Avignon

"L’abominable histoire de France"

La politique de Philippe IV le Bel trahit un changement de conception de la nature des liens entre le roi et ses sujets : les principes de la féodalité cèdent le pas à la notion de souveraineté. Ça peut se comprendre. L’ennui, c’est que le roi n’a reçu aucun mandat de ses vassaux... Lire la suite

La beauté du diable

"L’abominable histoire de France"

Avec Philippe le Bel, la royauté va se faire envahissante, brutale, cynique, spoliatrice. C’est ce que Lavisse appelle avec délicatesse : « les progrès de la puissance royale ». Saint Louis avait fait de la justice l’attribut principal de la fonction royale. Mais il ne s’agissait... Lire la suite

Philippe IV.

Le bonheur dans le crime

"L’abominable histoire de France"

  Lavisse Ă©crit que « les progrès de la puissance royale ont Ă©tĂ© particulièrement marquĂ©s sous saint Louis et sous Philippe le Bel ». Mais les moyens diffèrent ! Saint Louis avait fondĂ© le parlement ; Philippe le Bel employa des lĂ©gistes Ă  son profit. Le premier avait fon... Lire la suite

VĂŞpres siciliennes.

Voir Naples et mourir

"L’abominable histoire de France"

  Avec saint Louis, cette chronique mĂ©rite enfin son nom : il est en effet le premier Ă  porter le titre de roi de France et plus celui de roi des Francs. L’histoire de France est donc enfin l’histoire de France… mais elle a cessĂ© d’être abominable. N’ayons crainte : elle ... Lire la suite